L'ignorance est-elle le principal ennemi de l'Humanité? [Cours d'éthique]

03/18/2019

Nous sommes plusieurs à essayer de trouver des raisons ou des causes qui pourraient justifier les atrocités que l’humanité a subies, telles que la Seconde Guerre mondiale et la ségrégation. Certains pensent que ce serait la faute à l’ignorance des oppresseurs. Cependant, je ne peux que m’opposer à cette thèse ridicule. En fait, je crois que l’ignorance n’y est pour rien. Je pense qu’on ne peut pas rester ignorant toute notre vie. À un moment ou un autre, on découvre la vérité, on devient curieux, c’est la nature humaine, et on apprend sur l’autre « camp », ceux qui pensent différemment ou qui sont différents. Mais, c’est à nous de choisir ou non de changer ou de nuancer notre point de vue.

 

Tout d’abord, je suis persuadé que l’on n’est guère ignorant ou, du moins, qu’il est impossible de le rester bien longtemps. En effet, ma philosophie est un mélange de rationalisme et d’empirisme. Tout comme Descartes, je pense que l’esprit humain possède des principes ou des connaissances à priori. C’est pour cela qu’il est impossible que l’homme soit ignorant, car il naît avec la capacité de distinguer le bien et le mal. Par la suite, comme Hume ou Locke l’expliquerait, l’homme acquiert certaines connaissances à travers l’expérience et l’enseignement qu’on lui donne. Ainsi, l’homme apprend qu’il vaut mieux faire le bien plutôt que le mal, car, comme le dirait un humaniste, l’être humain est l’unique source de valeurs. Ainsi, il est évident que je n’adhère nullement à ce soi-disant prétexte qu’est l’ignorance, car nous sommes tous capables de faire la différence entre le bien et le mal et nous savons tous que c’est le bien qui faut faire, et ce, peu importe qui se tient devant nous.

 

Ensuite, comment expliquer le fait que des personnes font le mal si nous savons tous que, justement, c’est mal? En fait, Eric-Emmanuel Schmitt nous explique dans son roman La part de l’autre, en comparant Hitler, le dictateur, à un autre Hitler plus raisonnable et même gentil, qu’il existe deux sortes de « monstres ». Il y a les salauds égoïstes, ceux qui savent que ce qu’ils font est mal, mais ils le font tout de même, car ils aiment ça ou cela leur profite.  Cependant, les plus dangereux, ce sont les salauds altruistes. Ces fanatiques sont aveuglés par leurs idées et leurs causes, car ils sont persuadés d’agir pour le bien commun. J’ai bien aimé ces deux citations d’Eric-Emmanuel Schmitt: « Ce ne sont pas leurs idées qui tuent, mais le rapport qu’ils entretiennent avec leurs idées: la certitude » et « Ce n’est pas l’erreur qui est dangereuse, mais le fanatisme de celui qui croit qu’il ne se trompe pas ». En réalité, je pense qu’il est là, le vrai ennemi de l’humanité: ce sont ceux qui décident de faire le mal en toute conscience ou qui le font en pensant faire le bien. Ce sont ceux qui ne veulent pas changer ou nuancer leur point de vue.   

 

Pour conclure, il est évident que l’ignorance n’est qu’une fausse excuse qui tente en vain de « pardonner » le mal, car il est impossible de ne pas pouvoir distinguer le bien ou le mal, deux concepts si simples. Le mal se produit parce que quelqu’un choisit de le faire ou parce que quelqu’un refuse d’envisager que ce qu’il fait n’est peut-être pas que bon. Bref, il est intéressant, ou plutôt troublant, de remarquer ce même phénomène dans nos rues: d’un côté les néonazis qui se croient investis d’une mission pour sauver la « race blanche » et de l’autre, les groupes Antifa qui pensent nous libérer d’un fascisme (inexistant) en limitant la liberté d’expression.

 

Please reload

Édition à l'affiche

L'amour selon .... [Déclaration d'amour]

02/15/2020

1/10
Please reload

Publications récentes

02/13/2020

02/13/2020

02/13/2020

Please reload

Archives
Please reload

Recherche par #
Please reload

Conception originale : Gabriel Laflamme, élève de la cohorte 2013-2018

Financé et rendu possible grâce au Comité de parents

© 2018 Académie Saint-Louis  - TOUS DROITS RÉSERVÉS